Expatriation

Quatrième épisode : la recherche d’appartement en Suisse Romande

Ah le logement… Un vrai problème à Genève et dans sa région. Les loyers sont complètement démesurés mais ce n’est pas le seul problème. Le taux d’appartement disponible est très faible. L’Office Fédéral de la Statistique publie régulièrement des analyses statistiques du nombre de logements vacants. Pour vous donner une petite idée, le parc de logements, selon la statistique des bâtiments et des logements au 31.12.2018 était de 234 711 logements dans le Canton de Genève. Par contre pour ce qui est des logements vacants, ils étaient très peu nombreux puisqu’il n’y en avait que 1260. Au 30 juin 2019, le taux de logements vacants était de 0.54%. Pour comparer, d’après l’INSEE 8.5% des logements étaient vacants en 2017 à Paris, des chiffres certes influencés par le boom des logements destinés à la location touristique mais tout de même, c’est un pourcentage bien plus élevé que dans le Canton de Genève.

black and grey keys
Photo by George Becker on Pexels.com

Dans ce contexte, comment trouver un appartement par ici ? Nous n’aborderons pas ici la vente / l’achat d’appartement ou de maison qui fera l’objet d’un tout autre épisode.

Régies et agences

Sur le marché de la location, ici, il n’existe pas vraiment d’agences immobilières comme on l’entend en France et qui serait surtout chargées de la mise en relation entre propriétaire et locataire. La location d’appartements est gérée par des régies, qui s’occupent de la gérance immobilière et sont mandatées par des propriétaires d’immeubles pour en assurer l’entretien mais aussi la perception des loyers et des charges.

Quand on passe directement par une régie, il n’y a par conséquent pas de frais d’agences comme on l’entend en France. Vous payez ici le prix de l’état des lieux et de la rédaction du contrat, les frais sont donc assez faibles.

Parfois, un autre intermédiaire se positionne entre la régie et le futur locataire : l’agence de relocation.

Le boom des agences de relocation

A l’origine, les agences de Relocation sont plutôt destinées aux expatriés. Elles les aident pour se relocaliser, justement, dans un nouvel endroit et se chargent de leur trouver des petites pépites. La relation avec l’agence de relocation est différente de celle avec une agence immobilière dans le sens où l’agence de relocation offre beaucoup plus de service pour le futur locataire. Quand nous sommes arrivés ici, mon entreprise m’avait indiqué travailler avec une agence de relocation mais les frais beaucoup trop élevés nous avaient effrayés. Par la suit, après quelques recherches, j’ai découvert que ces agences qu’on paye très cher étaient souvent aux petits soins pour ses clients, elles proposent de faire les visites pour vous, de vous envoyer des vidéos des visites, mais surtout vous leur donnez vos critères et des détails sur ce qui vous plait et elles se chargent de trouver quelque chose qui conviendra. Elles peuvent également s’occuper de la mise en route de l’électricité, de trouver un prestataire pour internet, etc. Ainsi, ces agences travaillent finalement avec toutes les régies. En général les frais comprennent soit un mois de loyer hors charge uniquement mais dans ce cas la gamme de services offerts sera plus restreinte, soit s’ajoutent également des frais fixes pour la recherche et les autres prestations.

Néanmoins, ces dernières années, de plus en plus de genevois en quête d’un joli logement se sont tournés vers ces agences pour les aider dans leurs recherches. Maintenant, il n’est pas rare de trouver des annonces pour des appartements sur les sites comme Comparis, Anibis, Immoscout ou encore Homegate qui sont publiés directement par ces agences. Elles n’offrent donc plus toute la gamme de service décrits plus hauts mais permettent par contre d’accéder à de très beaux biens, pour lesquels elles ont des mandats d’exclusivité. Si vous voulez l’appartement, vous devez payer les frais d’agence de relocation. Comme l’agence n’a pas ici de gros travail de fond sur la recherche d’un appartement qui vous plaira, les frais sont, en règle générale, d’un mois de loyer hors charge. Pour nous, français, c’est assez facile de l’accepter car c’est finalement très courant de payer des frais d’agence en France lors de la location d’un appartement.

swiss flag on buildings in narrow alley
Photo by Mat Reding on Pexels.com

Les visites immobilières

L’avantage quand des frais d’agence de relocation s’appliquent est que moins de personnes seront intéressées pour visiter. Ici, pour certains, il est tout simplement inconcevable de payer ces frais alors qu’en cherchant et fouillant bien il est possible de trouver son bonheur sans passer par ces agences. C’est vrai qu’elles peuvent apparaître comme la solution de facilité mais ces dernières années malheureusement elles ont aussi réussi à “s’accaparer” beaucoup de biens très beaux loués à prix compétitifs et il est devenu plus difficile de trouver un équivalent sans passer par ces agences.

Pour en revenir aux visites, il faut s’avoir que les visites classiques ici sont souvent des visites groupées. Et quand je dis groupées, je ne plaisante pas, il n’est pas rare d’avoir 20 personnes à la même visite si l’appartement est bien placé et à un bon prix. Avec les agences de relocation du coup il y a moins de monde voire même, vous serez seul(e) avec le(a) représentant(e) de l’agence. Vous l’aurez compris, vous aurez donc moins de compétition en passant par une agence de relocation.

Dans tous les cas, le marché immobilier genevois requiert de venir préparé aux visites si vraiment vous voulez louer. Si vous attendez plusieurs jours après une visite pour vous décidez il est fort probable que l’appartement soit loué entre temps. Pour ça, être en mesure de fournir un dossier complet dès la fin de la visite est impératif et il faut se décider rapidement. Après avoir “raté” plusieurs appartements, nous avons pris l’habitude de prendre avec nous une version papier de notre dossier de location et de l’amener avec nous pour les visites.

Que contient un dossier de location ?

En général les documents demandés sont toujours les suivants :

  • Une pièce d’identité
  • Un permis de travail et de résidence
  • Vos 3 dernières fiches de paie
  • Un extrait du registre des poursuites
  • La fiche d’information de la régie louant l’appartement (complété évidemment)

Le cœur du problème quand on vient tout juste d’arriver de l’étranger est que le dossier doit contenir 3 justificatifs de revenu en Suisse. Vous n’aurez donc pas d’autre option que de fournir votre contrat de travail. En toute objectivité c’est clairement plus difficile d’obtenir l’appartement avec uniquement le contrat de travail car cela veut dire que vous serez en période d’essai. Votre dossier ne sera donc probablement pas retenu face à un dossier contenant ces fameuses trois dernières fiches de paie.

white paper folders with black tie
Photo by Sam Jean on Pexels.com

Venons en maintenant à l’extrait du registre des poursuites, c’est un document qui indique que vous n’avez jamais eu de poursuites et donc que vous n’avez jamais été un mauvais payeur. Il ne faut pas le confondre avec l’extrait de casier judiciaire, qui existe aussi, mais qui est un tout autre document. Sachez qu’il est très facile de l’obtenir même si vous ne résidez pas en Suisse. La demande peut être faite en ligne mais aussi directement à l’Office des Poursuites (et à la Poste pour ceux qui ont déjà leur permis de résidence).

Souvent, lors de votre arrivée, vous n’aurez pas encore votre permis de résidence en main. Dans ce cas il est utile de demander à votre employeur une attestation indiquant qu’il se chargera de faire les démarches (c’est normalement le cas) pour que vous puissiez obtenir votre permis B. Avec un permis L, de courte durée, ce sera difficile voire impossible de louer un appartement et il serait préférable d’opter pour une autre solution comme la sous-location ou la colocation par exemple. Sachez que si vous avez un permis G, comme c’était le cas pour nous lorsque nous sommes passés de Gex à Genève, ce sera beaucoup plus difficile aussi de trouver un appartement. Plusieurs régies m’avaient indiqué à l’époque ne pas accepter les dossiers de permis G alors même que j’avais fourni une attestation de mon employeur indiquant qu’il se chargeait de ma demande de permis B une fois l’appartement trouvé (et que ma période d’essai était finie et validée).

Pour ce qui est de la fiche de renseignements des régies, l’annonce indique généralement quelle régie gère l’appartement et il vous faudra vous rendre sur le site de la régie pour télécharger le formulaire et le remplir.

Enfin, bien entendu, il faut avoir un revenu net de 3 fois le montant brut (hors charges) du loyer. Il est également bien vu d’avoir des garants mais il faut qu’ils aient leur domicile en Suisse. C’est donc un vrai casse tête pour des étrangers que de s’installer ici car il est difficile d’avoir un bon dossier aux yeux des régies. Le marché est assez fermé et beaucoup choisissent de vivre à l’hôtel ou chez des amis pendant les 3 premiers mois pour se donner le temps de trouver un appartement digne de ce nom. Sachez qu’ici la sous-location est possible et peut être une excellente solution temporairement. Il est possible de filtrer sur les sites de petites annonces pour trouver uniquement ce genre de biens. Beaucoup de groupes d’expatriés sur les réseaux sociaux (surtout Facebook) présentent pas mal de bons plans pour la sous-location (ou la location d’ailleurs).

En plus des appartements loués via des agences de relocation, une grande partie des appartements avec un super rapport qualité/prix ont rarement le temps d’être en ligne sur le site des régies ou tout autre site d’annonces immobilières. Le bouche à oreille est assez efficace et l’intranet des entreprises est aussi très utile. Difficile donc pour des étrangers tout juste arrivés dans la région !

brown wooden fence near body of water
Photo by Oliver Schmid on Pexels.com

Rendre son appartement

En Suisse il existe plusieurs types de bail (à terme fixe ou non). C’est surtout au moment de quitter votre appartement que la différence se fera ressentir. Pour notre premier logement, nous avions un bail à terme fixe d’un an. Notre appartement de l’époque étant très bruyant, au bout de 6 mois nous n’en pouvions plus et voulions déménager. Nous avons fini par trouver un appartement et avons donc décidé de rendre le notre. C’est là que nous avons commencé à paniquer. Pourquoi ? Parce que nous étions engagés pour les 6 mois suivants et qu’il était difficile de rompre le bail en avance. Pour se faire, il fallait fournir à la régie un dossier éligible de repreneurs. C’est donc nous qui avions organisé les visites et essayé de trouver un nouveau locataire. La régie en parallèle a aussi publié l’annonce et c’est finalement la régie qui nous a aidé et qui a trouvé un repreneur. Nous avons eu beaucoup de chance car clairement la régie aurait pu nous laisser payer les 6 derniers mois sans trop s’en préoccuper.

Pour un appartement avec un bail à durée indéterminée, là aussi vous pouvez être “libérés” plus tôt en proposant un bon dossier, sinon un préavis de 3 mois s’applique.

Il existe également ce qui s’appelle la reprise de bail, dans ce cas là le nouveau locataire reprend le bail aux conditions précédentes et la durée du bail n’est pas modifiée.Attention car dans ce cas en général il n’y a pas d’état des lieux, vous reprenez l’appartement en l’état et lors de l’état des lieux de sortie à la fin du bail, vous serez considérés comme responsable des dégâts ayant eu lieu pendant la durée du bail même s’ils sont antérieurs à votre entrée dans les lieux.

La protection des locataires

L’ASLOCA est l’association des locataires. En cas de litige, c’est une association très utile qui pourra vous fournir une aide précieuse. Pour faire appel à eux, il est indispensable de payer une cotisation annuelle.

Passer la frontière

En 2015, nous avons cherché à louer à Genève, sans succès. Par conséquent, nous étions un peu démunis et avions donc opté pour la solution « vivre à la frontière ». Je ne reviendrai pas sur les zones frontalières, je vous invite à écouter le premier épisode de ce podcast. Sachez néanmoins que l’Ain est un peu plus cher que la Haute-Savoie, qui offre quant à elle un peu plus de services, notamment pour tout ce qui est médical et c’est très important surtout si vous avez des enfants ! Nous avions opté pour l’Ain car nous trouvions les villages un peu plus chaleureux et plus proches aussi du Canton de Vaud.

blur cartography close up concept
Photo by slon_dot_pics on Pexels.com

L’avantage lorsqu’on vit en France est que tout coûte moins cher. Que ce soit l’électricité, internet, le forfait de téléphone,.. tout ! Les courses vous coûteront un peu plus cher dans la région frontalière que dans une région de France « classique ». Par contre, une fois que vous aurez eu un aperçu des prix dans les supermarchés de la Suisse voisine, vous les trouverez très abordables ! La viande par exemple, est extrêmement chère en Suisse. Vous croiserez d’ailleurs souvent dans les hypermarchés français un grand nombre de clients venus de Genève pour faire le plein de courses.

Pour ce qui est de la recherche d’appartement en France, comme nous venions de l’étranger et n’avions pas encore de fiches de paie suisses, nos parents ont du se porter garants et cela alors même que nous avions payé la caution. C’était aussi un peu difficile pour la garantie loyer impayés comme nous venions de l’étranger, que nous n’avions pas de fiches de paie pour nos nouveaux emplois et que nous allions travailler à l’étranger, ainsi beaucoup de logements ne nous étaient pas accessibles.

Je n’aborderai pas ici en détails la recherche d’appartements en France, les démarches étant similaires à celles des autres régions françaises (agence immobilière ou contact direct avec le propriétaire, 3 fiches de paie, de quoi couvrir 3 fois le loyer).

Mes conseils

Pour trouver un appartement facilement je vous conseille de regarder attentivement les petites annonces sur les sites suivants :

  • Anibis
  • Comparis
  • Homegate
  • Immoscout
  • Immo24

Mais aussi de regarder les sites des régies :

  • Naef
  • Livit
  • Rosset
  • Grange

Et surtout de vous inscrire sur les groupes Facebook d’expatriés :

  • Geneva Expat
  • Genève bons plans

Il y en a plusieurs et certains sont plus spécialisés en immobilier que d’autres.

L’intranet de votre entreprise est aussi une excellente option une fois que vous avez commencé à travailler.

Pour votre arrivée de l’étranger, je vous conseille vraiment d’opter pour une des solutions suivantes :

  • La sous-location
  • La colocation
  • Airbnb, hôtel ou équivalent
  • Si vous avez des proches dans la région ça peut aussi être une option !

Nous avons regretté d’opter pour la frontière à notre arrivée car il a été plus difficile après de trouver un appartement à Genève. Nous avions trouvé une sous-location qui nous semblait à l’époque très chère mais elle nous aurait permis d’avoir un permis B et aurait été une solution temporaire très correcte.

Si vous êtes prêts à payer des frais, n’hésitez pas à faire appel à une agence de relocation, je vous conseillerai d’opter pour une agence qui ne fait payer des frais que si vous prenez l’appartement qu’elle vous propose pour limiter les risques. Ces agences ont aujourd’hui accès à des appartements qu’il est quasi impossible de trouver sans elles et encore plus quand on vient tout juste de débarquer de l’étranger !

Je n’ai pas évoqué la recherche d’appartements dans le Canton de Vaud mais les démarches sont très similaires !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.